L’économie de la Grèce vue par Milène

27 11 2012

Ce diaporama nécessite JavaScript.

SOMMAIRE:

Introduction
I) L’économie de la Grèce
II) Remédier à la crise économique
III) Venir en aide à la Grèce

Introduction : présentation de la Grèce

Avec une superficie de 131 957 km², pour un peu moins de dix millions d’habitants la Grèce est un pays attractif grâce à ses conditions climatiques avantageuses pour les vacanciers et ses nombreux sites culturels.
Elle a pour frontières terrestres l’Albanie, La Turquie et la Bulgarie et pour frontières maritimes l’Italie, la Libye et L’Egypte. La capitale est Athènes.
La Grèce est membre de l’Union Européenne dès 1981 et de la zone euros dès 2001.
La Grèce a connu une croissance rapide dés son entrée dans l’union européenne, c’est une importatrice nette de biens industriels, de produits alimentaires et de pétrole. Les exportations principales sont les biens manufacturés, le ciment, les produits chimiques et pharmaceutiques. Grâce à son entrée dans l’union européenne  son taux d’exportations a augmenté.
Pour commencer je vais vous présenter l’économie de la Grèce, puis les solutions pour remédier à la crise économique et pour finir on verra certains pays venir  en aide à la Grèce.

I) L’économie de la Grèce

En janvier 2001, L’euro est introduit en Grèce car les critères de convergence sont respectés qui sont:

  • la stabilité des prix
  • la situation des finances publiques
  • la participation au mécanisme de change du système monétaire européen
  • la convergence des taux d’intérêts

Mais depuis peu la Grèce revient au centre de toutes les attentions.

Tout d’abord, en 2009, le nouveau gouvernement socialiste arrive au pouvoir et découvre l’ampleur du déficit qui s’éléve de 12,7% du PIB, sachant que la limite européenne est de 3%.

La situation est alors perçue comme vraiment dramatique.

L’état des finances grecques est très mauvais avec une dette publique de 300 milliards d’euros fin 2009 soit 113% du PIB et s’est élevé à 120% en 2010.

En 2011, la dette atteint le montant de 350 milliards d’euros ce qui ne fait qu’aggraver les choses.
Le taux de chômage ne fait qu’augmenter  entre 2009 et 2012, qui selon une étude a entraîné une hausse des suicides, des homicides et des maladies car certains n’avaient plus les moyens pour consulter un médecin.

Aujourd’hui, la  Grèce fait alors face à une importante crise économique qui va susciter d’ énormes manifestations.

II)  Remédier à la crise économique

C’est la stabilité de la zone euro qui est aujourd’hui en danger.
Depuis maintenant plusieurs années, la Grèce vit une période difficile et des mesures d’austérité sont alors prises par le gouvernement qui toucheront principalement les ménages.
Suite à ça, une partie du peuple s’y oppose en organisant des manifestations et des grèves à travers le pays.

  • Les mesures d’austérité sont:
  • Diminution du salaire des fonctionnaires
  • Diminution des pensions accordées aux retraités
  • Recul de 5 ans de l’âge légal de départ a la retraite
  • Réduction des investissements publics et des dépenses de fonctionnement de l’Etat
  • Création de nouveaux impôts et de nouvelles taxes ( hausse de 10 %  sur l’essence, le tabac et l’alcool )

Depuis deux ans et demi, l’Europe est donc secouée chaque trimestre par les risques pesant sur l’avenir de la Grèce.
Étranglée par les mesures d’austérité, de plus en plus de Grecs décident de quitter la ville pour rejoindre la campagne, de plus en plus d’adultes se forment ainsi  aux métiers de l’agriculture qui est en hausse.
Le tourisme favorise aussi l’emploi 16 % de la population active dépend du développement touristique.

III)  Venir en  aide a la Grèce    

Après des mois de réticence  les pays européens se sont enfin décidés à voler au secours de la Grèce. La désastreuse situation financière du pays, dont la dette atteint 125% du PIB.
La Grèce traverse la pire crise de ses finances publiques depuis trente ans, avec une explosion de ses déficits et de sa dette. Ces difficultés nourrissent depuis des semaines des craintes pour la cohésion de l’ensemble de la zone euro.
C’est pour cela que le sauvetage de la Grèce est devenu le thème principal de l’union européenne et que certains pays lui viennent en aide.
En effet, malgré ses efforts le pays n’arrive pas à réduire la fraude fiscale et voit son activité économique s’aggraver par l’austérité.

Dans l’optique de remédier à la crise économique, les ministres des finances européens ont accordé plusieurs prêts durant ces trois années mais ça n’as pas permis de stopper la crise.

En trois ans la Grèce aura obtenu 11O milliards d’aide internationale, comme on peut voir sur le shcéma.





Les institutions France / Europe

27 11 2012

         TD institutions élève





Laboratoire Sanofi : un nouveau plan de restructuration, vu par Morgan

20 11 2012

Ce diaporama nécessite JavaScript.

I) Présentation de l’entreprise

Sanofi est le plus grand laboratoire pharmaceutique français, mais aussi un des premiers exportateurs, qui emploie plus de 28 000 salariés sur 4 sites différents. Sanofi a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires évalué à plus de 33 milliards d’euros avec un bénéfice net de 8.8 milliards d’euros.

II) Présentation du plan de restructuration

Malgré ces résultats très positifs, Sanofi annonce un futur plan de restructuration, le 3ème depuis 2008 qui va engendrer la suppression de 914 postes d’ici 2015. Il est présenté dans le but d’augmenter la performance économique de la société mais le licenciement boursier fait débat.

III) Les raisons de ce plan

Ce plan de restructuration est fait dans le but de concentrer son activité principale, la recherche et le développement, dans des pôles de compétence pour la rendre plus efficace. Sanofi anticipe ansi la perte de leurs brevets dans les prochaines années.

Une perte de brevets entraînera une perte importante sur le chiffre d’affaires avec la concurrence des médicaments génériques (jusqu’à 80% de perte de CA en 6 mois pour un médicament génériqué). Une fois que le brevet devient public, des laboratoires peuvent commercialiser ces mêmes médicaments sans avoir à investir dans la recherche. Comme les médicaments sont remboursés, la sécurité sociale favorise l’utilisation des génériques puisqu’ils sont moins chers. Ce problème de perte de brevets explique pourquoi l’industrie pharmaceutique marche au ralenti ces dernières années, investit de moins en moins dans la recherche avec donc moins de nouveaux médicaments.

Du coup, ça entraîne une baisse de compétitivité pour Sanofi et les plans de restructuration mis en place, de plus en plus fréquents dans l’industrie pharmaceutique, visent à réduire les coûts mais aussi à continuer à augmenter la rémunération des actionnaires au détriment de la recherche et des emplois.

IV) La réaction des salariés

Face à ce plan, les salariés défendent leurs emplois en manifestant et en organisant des grèves, en sollicitant les pouvoirs publics notamment Arnaud Montebourg (ministre du redressement productif).

Certains médecins ont également exercé des pressions sur le laboratoire en arrêtant la prescription des médicaments de Sanofi. Ce genre de mouvement permet à ce jour de limiter le nombre de licenciements et de favoriser les départs volontaires.





Thème 1 – Qu’est-ce que le droit ?

19 11 2012

Chapitre 3 – Les sources du droit 

         Dossier élève sources du droit

PLAN Synthèse Sources du droit





Le parcours d’une loi

14 11 2012

Lien vers le site Internet – www.viepublique.fr – « Parcours d’une loi »

Dossier élève à télécharger





Le Traité budgétaire européen vu par Yann

13 11 2012

Ce diaporama nécessite JavaScript.

I – Qu’est-ce que le traité budgétaire européen ?

Le traité budgétaire européen (ou pacte budgétaire) est un traité qui a pour but de fixer des limites au déficit des Etats européens (sauf le Royaume Unis et la République Tchèque) en imposant des contraintes. Il vise à imposer l’équilibre budgétaire en réduisant la dette publique  en dictant des règles plus strictes pour faire face aux situations de la Grèce , du Portugal et de l’Irlande. Ces règles font appel à la solidarité entre Etats en instaurant le Mécanisme Européen de Stabilité (MES). Il a pris la place du FESF ( Fonds Européens de Stabilité Financière ).

Il doit être voté dans chaque Etat et devrait être applicable dès 2013. Ce traité apparaît comme une solution à la crise dans la zone euro .

Il impose aux pays concernés certaines contraintes comme :

  • “la règle d’or” : la dette de l’Etat ne doit pas dépasser 60% du PIB .

  • Le déficit ne doit pas dépasser 0.5% du PIB

En cas d’excès de dette par rapport à la référence des 60 % du PIB, l’écart doit se réduire au rythme moyen d’un vingtième par an, calculé sur les trois dernières années, ou sur les deux dernières et l’année en cours.

En cas de non respect des règles, les Etats s s’exposent à des amendes

II-Quelles sont les arguments contre le pacte budgétaire ?

Certains économistes pensent que ce traité augmentera les déséquilibres actuels, réduira fortement la demande publique des Etats concernés. L’OFCE ( L’Observatoire français des conjonctures économique) prévoit une hausse de 300 000 chômeurs du seul fait de l’austérité. Ensuite, ils reprochent à ce traité de mettre en péril la souveraineté budgétaire des Etats européens.

Cependant, imposer une amende à un pays menacé de faillite n’est peut être pas la meilleure solution pour l’aider à retrouver l’équilibre budgétaire

III-quels sont les arguments en faveur du pacte budgétaire ?

le traité a  été amendé par un pacte de croissance qui est censé relancer la production en Europe, mais aussi réduire progressivement le déficit. C’est un premier pas pour sortir l’Europe de la crise, en permettant de stimuler l’économie.
La France a décidé de ratifié le pacte budgétaire à la suite du vote du sénat : 306 voix pour et 32 voix contre
A l’Assemblée nationale : 490 voix pour , 34 contre et 18 abstentions

Sites internets utilisés

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/10/02/non-au-traite-budgetaire-europeen_1768787_3232.htmlce24.com/fr/20121001-traite-budgetaire-europeen-stabilite-pacte-zone-euro-discipline-rigueur-pour
http://www.france24.com/fr/20121001-traite-budgetaire-europeen-stabilite-pacte-zone-euro-discipline-rigueur-pour-les-nuls
http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/10/17/francois-hollande-l-europe-ne-peut-plus-etre-en-retard_1776532_823448.html





Les scénarios de sortie de crise de l’Espagne vus par Camille

13 11 2012

Ce diaporama nécessite JavaScript.

VIDEO : Comprendre le mécanisme européen de stabilité en 3 minutes

L’Espagne a peu de solution pour résoudre sa crise bancaire qui est une situation dans laquelle les banques ont une situation financière dégradée car elles doivent rembourser des créanciers sans avoir l’argent à leur disposition pour le faire. Trois solutions sont proposées à Madrid pour essayer d’y remédier. Je vais vous présenter ces trois solutions.

I- S’en sortir seul

La première solution est que l’Espagne essaie de s’en sortir seul, par  exemple en renflouant la quatrième banque espagnol Bankia en contrôlant 45% de son capital à l’aide d’obligation publique. Mais cela est improbable car l’Espagne a atteint un taux d’emprunt record qui lui ferme l’accès aux marchés financiers.

L’Espagne a un ratio de la dette publique de 80%, qui est l’un des principaux indicateurs de finance publique qui est calculé en pourcentage du PIB ( Produit Intérieur Brut au prix du marché), cela est inférieur à la moyenne européenne qui est de 90%.
En essayant de s’en sortir seule l’Esapgne fait que retarder le recours à une aide extérieure.

II- Un sauvetage par l’Europe

La seconde solution est de demander un sauvetage à l’Europe comme la Grèce, l’Irlande et le Portugal qui l’ont déjà fait. Mais Madrid ne veut pas pour plusieurs raisons :

  • demander officiellement un sauvetage serait humiliant pour la quatrième économie de la zone euro
  • se voir imposer un programme d’austérité qui est de cherche à réduire les coûts et les dépenses publiques, par ses bailleurs de fonds (personne qui fournis des capitaux) en plus il faut aussi réduire drastiquement (=radicale) son déficit public de l’an prochain
  • qu’un simple renflouement des banques suffit.

Pour faire changer d’avis Madrid il faudrait une forte pression de l’Europe ou une hausse brutale des taux d’intérêt sur un long terme qui représenter la rémunération d’un service ou le prêt d’argent.

III- Un compromis

La dernière solution est un compromis. Celui-ci est en cours d’être trouvé, qui serait de verser directement de l’argent provenant du fonds de secours européen qui est une aide qui vise à préserver la stabilité financière en Europe en  fournissant une assistance financières à la zone euro en difficulté économique, dans les fonds publics espagnol d’aide au secteur bancaire.

Cette solution permet au secteur financier de se retrouve sous la pression des bailleurs de fonds au lieu de gouvernement espagnol. Mais l’Espagne devra faire des concessions comme par exemple fusionner ou fermer certains établissements bancaires. Car son but est de s’occuper au plus vite du renflouement des banques.

Liens utilisés :

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/espagne-les-scenarios-de-sortie-de-crise_299428.html
http://www.lemonde.fr/economie/video/2012/09/21/video-comprendre-le-mecanisme-europeen-de-stabilite-en-3-minutes_1763890_3234.html








%d blogueurs aiment cette page :