Les droits des biens : le droit de propriété

26 03 2013

******** DOSSIER ÉLÈVE A TÉLÉCHARGER *********

icone_telechargement-ok

blabla

***  VIDÉO POUR LA DÉCOUVERTE PAGE 6  ***

vidéo





Les britanniques veulent sortir de l’Union européenne vus par Pauline et Mylène

26 03 2013

Le 22 janvier 1972, le Royaume Uni signe un traité d’adhésion au marché européen et le 1er janvier 1973, il intègre la CEE (Communauté Économique Européenne). Il refuse cependant d’adopter l’euro.

Le Royaume Uni est lié a l’Union européenne grâce aux exportations et importations. De plus, la présence des britanniques et de leurs banques en Europe renforcent ce lien avec l’Union européenne. Néanmoins, depuis quelques mois, la moitié des britanniques désirent sortir de l’Union européenne et seraient prêts à le faire valoir si un référendum sur ce sujet se présentait. De ce fait, David Cameron, leur premier ministre, en a prévu un d’ici 2017 pour le maintien de l’Angleterre dans l’Union européenne s’il réussit à remporter les élections législatives en 2015.

Nous chercherons donc, dans un premier temps, les raisons de cette volonté de sortir de l’Union européenne, et nous étudierons ensuite ce qui oblige le Royaume Uni à rester dans l’Union européenne et les conséquences que cela engendre.

 

I) Pourquoi la moitié des britanniques veulent quitter l’Union européenne ?


1. 
Ce que reproche la Grande Bretagne à l’Union européenne 

 

Tout d’abord, l’UE ne se réforme pas. Pourtant en pleine crise économique, la zone euro aurait besoin de réformes pour améliorer la situation. De plus, elle manque de compétitivité face à la concurrence de pays émergents.

D’un point de vue politique, il existe un immense fossé entre l’UE et ses citoyens. La BCE (Banque Centrale Européenne) est chargée d’émettre l’euro comme monnaie unique et commune, ainsi que de définir les grandes orientations de politique monétaire dans la zone euro. Donc la Grande Bretagne reproche à l’UE de ne pas pouvoir contrôler leur propre monnaie, c’est pour cela qu’il n’ont pas adopté l’UE.


2.   Ce que la Grande Bretagne ressent 

Il règne un sentiment de manque de légitimité démocratique et d’adhésion, un sentiment d’euroscepticisme. En effet, les gens, les contribuables notamment, sont déçus de voir leur argent investi dans des aides à des pays différents du leur. Notons par exemple, que la Grande Bretagne verse tous les ans 8 milliards d’euros à l’Union européenne. De plus, ils constatent que bien souvent des décisions sont prises sans qu’ils aient été consultés au préalable, sans leur avis. Au lieu d’avoir une Europe qui les représente et qui agit en leur nom, ils ont vraiment le sentiment de “subir l‘Europe”.

 

3. L’avis du premier ministre britannique, David Cameron 

Il ne désire en rien sortir de l’UE mais il subit une immense pression de la part de ses partenaires européens et des Etats-Unis ainsi que des grands patrons, inquiets de ce scepticisme majoritaire dans leur pays. Selon lui, “si ‘la Grande Bretagne’ quitte l’Union européenne, ce sera un aller simple, sans retour.”Il est désireux tout de même d’une Europe plus compétitive, plus ouverte et plus flexible.

 

II) Qu’est ce qui oblige le Royaume Uni à rester dans l’Union européenne ?

 

Le 1er octobre 2012, David Cameron a déclaré que “l’intérêt de la Grande Bretagne n’est pas de quitter l’Union eruropéenne.”

 

1.  La relation entre les Etats-Unis et la Grande Bretagne 

La Grande Bretagne a toujours souhaité un lien privilégié avec les Etats-Unis. Cependant, ces derniers ne sont pas intéressés par le Royaume Uni si celui-ci n’appartient plus à l’UE.

En effet, ils veulent un partenaire integré dans l’UE qui pourrait influencer, de cette façon, les décisions prises au sein de l’Union.

Par conséquent, les Etats-Unis sont pour le maintien du Royaume Uni dans l’UE.

 

2.  Avec ou sans union fiscale ?

La Grande Bretagne veut certes avoir un certain poids quant aux décisions concernant ce qui se passe à ses frontières et au-delà. Donc, même si l’union fiscale ne plaît guère au Royaume-Uni, il est obligé de trancher et de l’accepter.

 

3.  Conséquences d’une sortie de l’Union et d’un référendum affirmatif sur la sortie du Royaume-Uni

  Tout d’abord, si le RU veut quitter l’Union européenne, cela engendrerait une longue procédure. Par exemple, il faudrait séparer les deux législations (celle européenne de celle britannique) ; procédure qui s’avèrerait très complexe et longue.

Par ailleurs, si la sortie se réalisait, les britanniques seraient la risée des pays membres. Une certaine amertume naîtrait et on accuserait le RU de ne pas être solidaire face à la crise qui touche toute l’Europe. On les traiterait de “déloyaux”. De plus, cela risquerait d’accentuer cette critique à leur égard de la part de ceux qui ne les aiment déjà pas.

Il en va de même au sein même de leur pays. Les britanniques, partagés dans leur opinion de quitter ou non l’Union (47% contre et 53% pour), pourraient en être que davantage divisés. Les écossais pourraient réclamer leur indépendance dans la foulée et exiger un référendum.

Enfin, il y aurait des pertes de chaque côté ; en effet, l’Europe perdrait un des seuls pays disposant d’une véritable armée et désireux de peser sur les affaires du monde. Et le Royaume Uni, de son côté, y perdrait économiquement car 50% des exportations sont dirigées vers l’Union européenne.

 

Conclusion

En conclusion, la balance penche plutôt vers un maintien du Royaume Uni au sein de l’Union européenne pour des raisons tant politiques qu’économiques.

Rappelons d’ailleurs que les seuls pays membres à avoir une ambition mondiale sont la France et la Grande Bretagne. Par conséquent, pour s’imposer sur la scène internationale, il est impossible que l’Europe soit amputée de cet Etat membre essentiel qui, de plus est, est membre du Conseil de sécurité de l’ONU.

Liens : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/02/18/un-britannique-sur-deux-voterait-la-sortie-de-l-ue_1834253_3214.html

http://www.atlantico.fr/pepites/selon-david-cameron-angleterre-pourrait-sortir-europe-faute-reformes-611448.html

http://www.latribune.fr/bourse/actualite/20120731trib000711796/l-angleterre-s-interroge-sur-son-avenir-dans-l-union-europeenne.html

http://www.atlantico.fr/decryptage/royaume-uni-t-deja-quitte-ue-philippe-moreau-defarges-bruno-bernard-524028.html

http://www.historia.fr/web/quoi-de-neuf/l-angleterre-fait-elle-encore-partie-de-l-europe-05-12-2012-84891

http://www.rmc.fr/editorial/341522/le-royaume-uni-bientot-hors-de-l-union-europeenne/

http://asso.bem.edu/index.php/actu-vue-par-fe/546-et-si-le-royaume-uni-sortait-de-l-union-europeenne

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/s-ils-devaient-choisir-aujourd-hui-les-anglais-quitteraient-l-union-europeenne_370030.html

 





La commande record d’Airbus vue par Joanna et Antoine

26 03 2013

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Airbus fait fonctionner l’économie de la France et permet des création d’emplois. Nous allons constater la bonne santé de cette entreprise face aux constructeurs automobiles.

Nous allons vous présenter Airbus, qui a été créé en 1970. C’est une SAS donc une société à actions simplifiées sous la direction de Fabrice Brégier. Son siège social est situé à Toulouse. Ils sont dans l’aéronautique et produits des avions civils passagers et des avions militaires. Ils ont 62 751 employés, chiffres de 2010 et ont pour chiffres d’affaires 31, 159 milliards € en 2011 et un résultat net de 1, 613 milliards € aussi en 2011.

Dans un premier temps nous allons analyser la commande record de l’A320 et dans un deuxième temps nous allons voir notre seconde partie avec les retombées économiques pour airbus.

I)  La commande record de l’A320

Lion air, la compagnie indonésienne à bas coût qui est la propriété de deux hommes d’affaires indonésiens très secrets, les frères Kirana. La fortune personnelle de ces deux frères est estimée à 900 millions de dollars. La société n’est pas cotée et ses comptes sont considérés comme opaques.

Elle a commandé 234 A320 pour 18,4 milliards €. C’est un des plus gros contrats de l’histoire d’airbus. Le prix catalogue d’un A320 classique est de 91,5 millions € l’unité et d’un A320 NEO ( future version plus écologique de l’appareil avec une consommation réduite de 15%, moins de CO² 3600 tonnes en moins/an et un peu moins bruyant – de 15 décibell) dépasse les 100 millions €, selon la dernière grille tarifaire d’airbus de janvier 2013.

Ils auront leurs premières livraisons en 2014. la commande se décompose avec :

– 109 avions A320 NEO

– 65 avions A321 NEO

– 60 avions A320

Les modèles classiques seront livrés à partir de 2014, et les avions NEO à partie de 2016.

Le contrat Lion air apporte un nouveau client à Airbus.La compagnie Lion air se fournissait exclusivement auprès du rival américain Boeing. Elle a ainsi permis à ce rival en 2011 de décrocher le plus gros contrat civil de son histoire avec 230 B737 commandé à 21,7 milliards de dollar à l’unité. Ce contrat d’airbus est signé 3 jours après une autre grosse commande de Turkish airlines estimé à 9,3 milliards de dollar pour 82 appareils et qui pourrait augmenter jusqu’à 15,5 milliards de dollars avec les options qu’ils ont prises sur 35 avions supplémentaires.

Malgré ces gros contrats, Lion air est très secrète avec des comptes opaques et sont interdits de vols en Europe et aux États-Unis pour des raisons de sécurité, alors qu’ils commandent leurs avions là-bas.

II) Les retombées économiques pour airbus

On peut voir l’excellente santé de cette entreprise d’aéronautique alors que les constructeurs automobiles s’enfoncent dans la crise. Ces commandes permettent à airbus d’assurer 10 années de d’activité et va créer 5000 emplois en France. Cette entreprise est l’une des rares en France à faire de grandes embauches alors que le chômage augmente de jours en jours.

M. Brégier a indiqué qu’il embaucherait au niveau mondial 3000 personnes en 2013 soit un peu moins que les années précédentes. Mais cela représenterait une hausse de 1800 personnes chez airbus en tenant compte des départs en retraite et autres départs naturels.

Du point de vue de sa structure internationale, 45% des embauches ont lieu en France dont 80% de celles-ci à Toulouse.

Pour l’entreprise cela va créer de l’activité pendant une dizaine d’années. Il y aura des créations d’emplois pour les ménages ainsi que du travail en continue pour ceux déjà embauchés dans l’entreprise. Airbus permet à l’état de relancer l’économie française.

Liens :

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/airbus-vend-200-avions-a-lion-air_376554.html

http://www.leparisien.fr/economie/airbus-contrat-record-de-234-a320-5-000-emplois-en-france-sur-dix-ans-18-03-2013-2649859.php

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/airbus-lion-air-passe-commande-record-234-a320-18-03-2013-89638?utm_source=rss&utm_medium=ofentreprise&utm_campaign=rss_info_toute

http://www.bfmtv.com/economie/lion-air-cette-etrange-societe-achete-234-airbus-472744.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Airbus





Thème 3 – Chapitre 2 : L’évolution du mode de consommation

14 03 2013

icone_telechargement-ok





3 minutes pour comprendre le pouvoir d’achat

14 03 2013




Cours de BTS sur le patrimoine

13 03 2013

vidéo





Le tourisme en France : les tendances d’un secteur fleurissant – vu par Camille et Rizlaine

13 03 2013

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Introduction

En 2012, le tourisme français a généré 77 milliards d’euros qui a permis la création de 2 millions d’emplois.

Le tourisme est un phénomène social, culturel, et économique qui implique le déplacement de personnes dans un lieu autre que celui où l’on habite habituellement. Le tourisme a des répercussions sur l’économie, l’environnement, la population locale et parfois sur les touristes eux-mêmes. Malgré la crise, il reste un atout pour l’économie mondiale. Entre croisières, shopping, voyages, le tourisme explose sous différentes formes.
Quel est le rôle du tourisme en France ?
Dans une première partie, nous verrons le rôle déterminant du tourisme au sein de l’économie, puis dans un deuxième temps, nous comprendrons pourquoi la «Marque France» est importante pour notre pays.

I) Le tourisme : un rôle déterminant

Parmi les dix premières destinations touristiques mondiales, la France reste le leader avec 74 millions de touristes en 2009, malgré une baisse de 6% par rapport en 2008. Le tourisme français représente un réel atout pour l’économie française : 35.7 milliards d’euros en 2009, soit 7% du PIB (richesses créées par les entreprises résidentes). La présence de 196 850 entreprises sur le territoire, favorise l’emploi : 894 000 emplois créés grâce aux tourisme. Par exemple, dans le Languedoc-Roussillon où le nombre d’emplois saisonniers est de 37 000 pour environ 700 000 touristes chaque jour.

II) La marque France

Avec cette « Marque France », La Ministre Sylvia Pinel (ministre de l’Artisanat,du Commerce et du Tourisme) et Atout France (est chargé de contribuer au développement de l’industrie touristique, en analysant le marché touristique international pour définir les stratégies qui vont être mise en place pour développer le tourisme français),mettent en place une stratégie pour faire connaître aux pays émergents tels que la Chine, l’Inde, l’Amérique Latine, l’Histoire, la Culture, la Gastronomie et l’Artisanat de la France.
C’est la création de cette marque France, qui facilitera la mise en place de contrat de destination (sert à optimiser l’attractivité et la compétitivité  de la France pour renforcer les destinations existantes et d’en faire émerger de nouvelle structure et viser l’international), entre le Ministère et les collectivités locales qui permettront de mieux cibler la clientèles étrangères

L’enjeu (ce qui est a gagner ou à perdre)  principal de la France est d’identifier les atouts concurrentiels à mettre en avant et qui feront la différence avec d’autres destinations.


Selon une enquête de TRAVELSAT (indice qui mesure la compétitivité d’une destination à partir de l’expérience de la destination évaluée par ses visiteurs), 37% des touristes qui se rendent en France pour la première fois choisissent ce pays pour son statut de « la destination incontournable, réputée partout dans le monde ».
En France, les visiteurs étrangers pratiquent des activités très variées : shopping, visite des parcs régionaux, spectacles et parfois même le tourisme religieux.

Définitions :

Atout France : est chargé de contribuer au développement de l’industrie touristique, en analysant le marché touristique international pour définir les stratégies qui vont être mise en place pour développer le tourisme français.

Contrat de destination : sert a optimiser l’attractivitée et la compétitivité  de la France pour renforcer les destinations existantes et d’en faire émerger de nouvelle structure et viser l’international.

Enjeu : Ce qui est à perdre ou à gagner

TRAVELSAT : indice qui mesure la compétitivité d’une destination à partir de l’expérience de la destination évaluée par ses visiteurs.

UNESCO : United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (Organisation des Nations Unies pour l‘éducation, la science et la Culture).  Sa mission est daider à la construction de la paix, lutter contre la pauvreté et promouvoir le développement durable et le dialogue interculturel.

LIENS

http://www.boursier.com/actualites/economie/le-tourisme-a-genere-77-mdse-de-recettes-en-2012-18655.html
http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/14129.pdf
http://www.artisanat-commerce-tourisme.gouv.fr/mission-acces-aux-vacances-pour-tous

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Le-tourisme-un-enjeu-economique-majeur-_NG_-2010-07-09-603747

http://www.iris-france.org/docs/kfm_docs/docs/cr-conferences/2012-09-tourisme.pdf

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=1&ref_id=16630

http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article7176








%d blogueurs aiment cette page :