Les britanniques veulent sortir de l’Union européenne vus par Pauline et Mylène

26 03 2013

Le 22 janvier 1972, le Royaume Uni signe un traité d’adhésion au marché européen et le 1er janvier 1973, il intègre la CEE (Communauté Économique Européenne). Il refuse cependant d’adopter l’euro.

Le Royaume Uni est lié a l’Union européenne grâce aux exportations et importations. De plus, la présence des britanniques et de leurs banques en Europe renforcent ce lien avec l’Union européenne. Néanmoins, depuis quelques mois, la moitié des britanniques désirent sortir de l’Union européenne et seraient prêts à le faire valoir si un référendum sur ce sujet se présentait. De ce fait, David Cameron, leur premier ministre, en a prévu un d’ici 2017 pour le maintien de l’Angleterre dans l’Union européenne s’il réussit à remporter les élections législatives en 2015.

Nous chercherons donc, dans un premier temps, les raisons de cette volonté de sortir de l’Union européenne, et nous étudierons ensuite ce qui oblige le Royaume Uni à rester dans l’Union européenne et les conséquences que cela engendre.

 

I) Pourquoi la moitié des britanniques veulent quitter l’Union européenne ?


1. 
Ce que reproche la Grande Bretagne à l’Union européenne 

 

Tout d’abord, l’UE ne se réforme pas. Pourtant en pleine crise économique, la zone euro aurait besoin de réformes pour améliorer la situation. De plus, elle manque de compétitivité face à la concurrence de pays émergents.

D’un point de vue politique, il existe un immense fossé entre l’UE et ses citoyens. La BCE (Banque Centrale Européenne) est chargée d’émettre l’euro comme monnaie unique et commune, ainsi que de définir les grandes orientations de politique monétaire dans la zone euro. Donc la Grande Bretagne reproche à l’UE de ne pas pouvoir contrôler leur propre monnaie, c’est pour cela qu’il n’ont pas adopté l’UE.


2.   Ce que la Grande Bretagne ressent 

Il règne un sentiment de manque de légitimité démocratique et d’adhésion, un sentiment d’euroscepticisme. En effet, les gens, les contribuables notamment, sont déçus de voir leur argent investi dans des aides à des pays différents du leur. Notons par exemple, que la Grande Bretagne verse tous les ans 8 milliards d’euros à l’Union européenne. De plus, ils constatent que bien souvent des décisions sont prises sans qu’ils aient été consultés au préalable, sans leur avis. Au lieu d’avoir une Europe qui les représente et qui agit en leur nom, ils ont vraiment le sentiment de “subir l‘Europe”.

 

3. L’avis du premier ministre britannique, David Cameron 

Il ne désire en rien sortir de l’UE mais il subit une immense pression de la part de ses partenaires européens et des Etats-Unis ainsi que des grands patrons, inquiets de ce scepticisme majoritaire dans leur pays. Selon lui, “si ‘la Grande Bretagne’ quitte l’Union européenne, ce sera un aller simple, sans retour.”Il est désireux tout de même d’une Europe plus compétitive, plus ouverte et plus flexible.

 

II) Qu’est ce qui oblige le Royaume Uni à rester dans l’Union européenne ?

 

Le 1er octobre 2012, David Cameron a déclaré que “l’intérêt de la Grande Bretagne n’est pas de quitter l’Union eruropéenne.”

 

1.  La relation entre les Etats-Unis et la Grande Bretagne 

La Grande Bretagne a toujours souhaité un lien privilégié avec les Etats-Unis. Cependant, ces derniers ne sont pas intéressés par le Royaume Uni si celui-ci n’appartient plus à l’UE.

En effet, ils veulent un partenaire integré dans l’UE qui pourrait influencer, de cette façon, les décisions prises au sein de l’Union.

Par conséquent, les Etats-Unis sont pour le maintien du Royaume Uni dans l’UE.

 

2.  Avec ou sans union fiscale ?

La Grande Bretagne veut certes avoir un certain poids quant aux décisions concernant ce qui se passe à ses frontières et au-delà. Donc, même si l’union fiscale ne plaît guère au Royaume-Uni, il est obligé de trancher et de l’accepter.

 

3.  Conséquences d’une sortie de l’Union et d’un référendum affirmatif sur la sortie du Royaume-Uni

  Tout d’abord, si le RU veut quitter l’Union européenne, cela engendrerait une longue procédure. Par exemple, il faudrait séparer les deux législations (celle européenne de celle britannique) ; procédure qui s’avèrerait très complexe et longue.

Par ailleurs, si la sortie se réalisait, les britanniques seraient la risée des pays membres. Une certaine amertume naîtrait et on accuserait le RU de ne pas être solidaire face à la crise qui touche toute l’Europe. On les traiterait de “déloyaux”. De plus, cela risquerait d’accentuer cette critique à leur égard de la part de ceux qui ne les aiment déjà pas.

Il en va de même au sein même de leur pays. Les britanniques, partagés dans leur opinion de quitter ou non l’Union (47% contre et 53% pour), pourraient en être que davantage divisés. Les écossais pourraient réclamer leur indépendance dans la foulée et exiger un référendum.

Enfin, il y aurait des pertes de chaque côté ; en effet, l’Europe perdrait un des seuls pays disposant d’une véritable armée et désireux de peser sur les affaires du monde. Et le Royaume Uni, de son côté, y perdrait économiquement car 50% des exportations sont dirigées vers l’Union européenne.

 

Conclusion

En conclusion, la balance penche plutôt vers un maintien du Royaume Uni au sein de l’Union européenne pour des raisons tant politiques qu’économiques.

Rappelons d’ailleurs que les seuls pays membres à avoir une ambition mondiale sont la France et la Grande Bretagne. Par conséquent, pour s’imposer sur la scène internationale, il est impossible que l’Europe soit amputée de cet Etat membre essentiel qui, de plus est, est membre du Conseil de sécurité de l’ONU.

Liens : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/02/18/un-britannique-sur-deux-voterait-la-sortie-de-l-ue_1834253_3214.html

http://www.atlantico.fr/pepites/selon-david-cameron-angleterre-pourrait-sortir-europe-faute-reformes-611448.html

http://www.latribune.fr/bourse/actualite/20120731trib000711796/l-angleterre-s-interroge-sur-son-avenir-dans-l-union-europeenne.html

http://www.atlantico.fr/decryptage/royaume-uni-t-deja-quitte-ue-philippe-moreau-defarges-bruno-bernard-524028.html

http://www.historia.fr/web/quoi-de-neuf/l-angleterre-fait-elle-encore-partie-de-l-europe-05-12-2012-84891

http://www.rmc.fr/editorial/341522/le-royaume-uni-bientot-hors-de-l-union-europeenne/

http://asso.bem.edu/index.php/actu-vue-par-fe/546-et-si-le-royaume-uni-sortait-de-l-union-europeenne

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/s-ils-devaient-choisir-aujourd-hui-les-anglais-quitteraient-l-union-europeenne_370030.html

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :